Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/03/2015

Le record

 

Ce blog est dédié à Catherine Duval.

Cathy D. fut un des témoins officiels de ce projet pour le Guinness Book - autant dire que pendant ces six mois de travail non-stop, nous nous voyions plusieurs fois par semaine et qu'à chaque fois elle me traitait de "décalée" en riant -, elle fut également ma professeure de crochet - donc la femme qui m'a permis d'envisager ce record -, et enfin Cathy était la plus géniale crocheteuse que je connaissais : Un simple coup d’œil et une caresse minutieuse sur un chef d’œuvre de cet art manuel, et elle le reproduisait chez elle.

Elle nous a quittés, et je tenais à lui dire au revoir ici.         

               

Pour aide-mémoire : j'ai réalisé 130 kilomètres de chaînette de crochet (record du monde !) - la largeur du département de l'Hérault -, en laine verte, en 6 mois.

Tous les 400 mètres, j'ai fait un noeud rouge, pour signifier l'arpent - mesure née en Occitanie -; il y a 324 noeuds dans les 130 kms.

Dans chaque bobine il y a en moyenne 1,2 kms (soit une trentaine de pelotes). Le fil est parfois en laine mérinos, en acrylique, en mohair, en coton, laine bio, etc... VERTE.

Le dernier record était de 62,5 kms, datait de 1986, et avait été réalisé par une hollandaise. J'ai donc doublé ce record.

Autant dire qu'aucun mono-obsessionnel ne devrait battre le mien , à moins qu'il ne soit sponsorisé pendant un an et qu'il n'ait envie de se ruiner tout à fait la santé, puisque mon immobilisation de 6 mois non-stop m'a value de sérieuses séquelles...

 

 

                       1.jpgN° 1

2.jpgN°2

3.jpgN°3 

4.jpgN°4 

5.jpgN°5 

6.jpgN°6 

7.jpgN°7 

8.jpgN°8 

9.jpgN°9 

10.jpgN°10 

11.jpgN°11 

12.jpgN°12 

 

13.jpgN°13

14.jpgN°14  

15.jpgN°15 

16.jpgN°16 

17.jpgN°17 

18.jpgN°18 

19.jpgN°19 

20.jpgN°20 

21.jpgN°21

22.jpgN°22 

23.jpgN°23

24.jpgN°24 

25.jpgN°25

26.jpgN°26 

27.jpgN°27

28.jpgN°28 

29.jpgN°29 

30.jpgN°30 

31.jpgN°31 

32.jpgN°32 

33.jpgN°33 

34.jpgN°34

35.jpgN°35

36.jpgN°36

37.jpg N°37

38.jpgN°38

39.jpgN°39

40.jpgN°40

41.jpgN°41

42.jpgN°42

43.jpgN°43

44.jpgN°44

45.jpgN°45

46.jpgN°46

47.jpgN°47

48.jpgN°48

49.jpgN°49

50.jpgN°50

51.jpgN°51

52.jpgN°52

53 RECORD.jpgN°53

54.jpgN°54

55.jpgN°55

56.jpgN°56

57.jpgN°57

58.jpgN°58

59.jpgN°59

60.jpgN°60

61.jpgN°61 

62.jpgN°62

64.jpgN°64

66.jpgN°66

67.jpgN°67

68.jpgN°68

69.jpgN°69

70.jpgN°70

71.jpgN°71

72.jpgN°72

73.jpgN°73

74.jpgN°74

75.jpgN°75

76.jpgN°76

77.jpgN°77

78.jpgN°78

79.jpgN°79

80.jpgN°80

81.jpgN°81

82.jpgN°82

83.jpgN°83

84.jpgN°84

85.jpgN°85

86.jpgN°86

87.jpgN°87

89.jpg88.jpgN°88

89.jpgN°89

90.jpgN°90

91.jpgN°91

92.jpgN°92

93.jpgN°93

94.jpgN°94

95.jpgN°95

96 DERNIER.jpgN°96

L ENSEMBLE TERMINE 26 NOV.jpg

Certains blogs étrangers parlent de mon record, et j'en suis ravie !

http://www.simplycrochetmag.co.uk/blog/world-record-breakers/

06/11/2011

dans le Guinness Book des records de 2012


C'est la nouvelle qu'on attendait tous... Sisi, avouez, vous l'attendiez aussi...

Mon projet CROSS est dans le livre GUINNESS des records de 2012 !

Page 197.

Enfin, mes 130 kilomètres de chaîne de crochet apparaissent, je n'y croyais plus...

Oh, bien sûr, certains trouveront cela trivial et pas très chic du tout d'être dans le Guinness book ; mais je m'en fiche absolument ! Pire, j'assume totalement (après tout, Damien Hirst a fait rentrer l'art contemporain dans cet ouvrage l'an dernier !...

Bon, lui l'a fait avec une vanité et beaucoup de diamants, d'accord ; mais crocheter de l'or n'était pas réalisable... quoique...).

Bref, de toute façon, ce n'est pas pour moi que j'avais fait cette folie - qui m'a coûtée mon bras droit - mais uniquement pour le défi mental que cela représentait,  ET surtout, pour reverser l'argent récolté à l'enfance maltraitée, lorsque je vendrais les pelotes.

Nous y sommes, à ce moment de la vente possible...

cross, guinness book Anne Vanier dans Guinness Book, record d'Anne Vanier, record de chaîne de crochet  record d'Anne Vanier, plus longue chaîne de crochet, anne vanier guinness,anne vanier 130 kms crochet

Donc, avis aux collectionneurs d’œuvres colossales et hors normes !

Pour connaître le prix de ce monstre de laine merci de m'envoyer un petit mot - réponse garantie.

Si en 2014 aucun acheteur ne se sera présenté pour acquérir une partie ou la totalité des écheveaux, et si je n'ai pas offert CROSS pour un autre projet artistique ou scientifique, je transformerai mes 130 kms en une autre oeuvre- mais je ne sais pas encore quelle sera sa forme...

 

10/10/2010

La preuve par le diplôme du Guinness Book

certificat.jpg
 

No comment !

Après 6 mois de préparatifs, 6 mois non-stop de réalisation, 1 an de repos forcé, pas mal de séances de kiné et d'acupuncture, 1 mois de préparation du dossier et 6 mois d'attente, me voici homologuée !! Je n'y croyais plus...

 

Je veux remercier toutes les sociétés, industries, artisans, blogueurs, passionnés, humains qui m'ont reçue, écoutée, aidée dans ce projet fou ;

et aussi mes témoins, seules visites pendant ces 6 mois, même les week-ends ;

et mon fils qui fut le premier à me dire d'un air dégagé : "mais ça ferait un record extra ton bidule !" ;

et mon corps qui a tenu le choc à un âge où il vaut mieux éviter de jouer les raides immobiles 24h/24H.

 

Je suis très heureuse que cette série de chiffres, secs et râpeux, s'achève, en 2011, sur la vente à organiser avec Enfance et Partage. J'espère que les 96 pelotes se vendront bien, pour que ce partenaire ait de quoi oeuvrer.

 

A suivre encore un peu, donc, ce <CROSS> qui a toutes les apparences d'une course d'endurance...

 

20/03/2009

Montpellier - vues de l'expo

Voici un aperçu du développé des 130 kms dans la salle gothique de St-Ravy, l'ensemble mesure 10 mètres de long et 1,5 mètres de large. Je remercie tous ceux qui m'ont aidé à installer tout cela (pour 4 petits jours !) eyt ceux qui ont pris le temps de venir me rendre visite.

salle 1 l'ensemble.jpg
salle 1, vidéo et cônes.jpg
salle 1 et 2.jpg
 
siège à clous.jpg
salle2 maquette.jpg
La maquette de l'expo.
oeuvres mur gauche.jpg
oeuvres mur milieu.jpg
oeuvres mur droit.jpg
La vidéo est en cours de montage, je l'intègrerai bien sûr.
Retrouvez les articles parus dans l'ALBUM PRESSE.

05/03/2009

Montpellier- expo du 10 au 13 Mars -13h-18h30

affiche copie.jpg
Attention, le pot prévu le Mardi 10 Mars n'aura pas lieu, les horaires sont de 13h à 18h30, et non 19h.
avec le concours de la ville de Montpellier et du printemps des Poètes, présidé cette année par la très inspirée Andrée Chédid.
Voici joint le programme de la Galerie Saint-ravy durant ce printemps poétique. Printemps des poètes 2009.doc

12/12/2008

Interview à l'atelier le 24 Nov 2008- par Adrien Delgrange

Après quelques jours de repos et de réorganisation générale voici, en ligne, l'interview qu'a fait Adrien Delgrange photo adrien blog.jpg, venu le 24 Novembre dernier à l'atelier.

Dans cet interview je parle des chiffres, et je ne savais pas que j'aurai 26 rangées...


podcast

26/11/2008

dernier jour- 130 kms

 

Avec 1550 mètres hier, j'ai terminé les 130 kms de chaînette de crochet !!!

130 kms.jpg
le 26-11 1550m.jpg
derniers mètres.jpg
le 26-11 dernier jour cône 96.jpg
le 26-11 fin.jpg
Demain je mettrai un lien vers Radio Pays d'Hérault qui est venue parler un peu, vous pourrez m'entendre...exercice périlleux !

25/11/2008

Article de la Renaissance 21/11/08

Voici l'article paru dans la Renaissance, un hebdomadaire régional bourguignon, il est écrit par Delphine Cresson.

titre la renaissance.jpg
 

Anne Vanier-drüssel est artiste plasticienne. Il y a onze ans, elle quittait la Saône-et-Loire et son village de Chassy pour rejoindre l’Hérault.

 

Un département d’adoption auquel elle a cette année choisi de rendre hommage en réalisant la plus longue chaînette de crochet jamais réalisée:130 km,soit la traversée d’Ouest en Est du département. Un projet artistique monumental et “dingue” pour cette quadra restée très attachée à ses racines et à sa région d’origine.

 

Depuis le 15 juin dernier, Anne Vanier-drüssel avale les kilomètreset les kilos de laine… avec les mains. À presque 42 ans, cette artiste plasticienne originaire de la commune de Chassy, du hameau Le Chêne Messard plus exactement, s’est lancée dans un incroyable projet artistique: réaliser la plus grande sculpture textile 3D de France. 24 colonnes de cônes assemblés, de 2 mètres de haut et 28 cm de diamètre. Soit au total 500 kg de laine et 130 kilomètres représentant la traversée

dans la largeur et à vol d’oiseau du département de l’Hérault.

 

Ce projet, qu’elle nomme <...Cross...>, en plus d’être un hommage tacite à ce qui est depuis une dizaine d’années son ”pays” d’adoption, sera aussi la plus longue chaînette de crochet. Au point d’apparaître, une fois homologuée, dans le fameux livre Guiness des records.

 

Mais là n’est pas la motivation principale de cette quadra qui, après avoir par exemple réécrit sur toile ses carnets de notes de travail, réalisé de longues séries de gravures, découvert sa capacité à s’amuser avec la profondeur de l’espace en créant les premiers livres d’artistes muraux imprimés à l’encre blanche…, voulait surtout se défier physiquement dans l’immobilité qu’exigent les cinq (voire sept) heures de crochetage quotidien. Le même geste sept jours sur sept, six mois

durant, soit 25 semaines consécutives, à raison de 800 mètres par jour et 5,6 km par semaine, pour obtenir les colonnes monumentales.

 

Un défi artistique et physique

 

Je veux exprimer dans ce défi physique et mental ma volonté de marier l’art contemporain avec l’art populaire, explique l’artiste. Le crochet étant lié généralement aux vieilles dames, à la ruralité et le livre des records symbolisant les monstruosités et les folles réalisations des hommes que j’adore ! Je pense que je serai la seule dingue en France à traverser un département avec mes mains mais je veux aller au bout de cette épreuve de concentration non-stop dans la solitude,

et ce coûte que coûte.” Quelque soit la douleur, la fatigue.

 

En effet, après 22 semaines passées sur son fauteuil de torture (soit un peu plus de 120 km parcourus), les séances de kiné ne suffisent plus -“mon bras droit n’en peut plus“-, les nuits de dix heures non plus. Celle qui se définit aujourd’hui comme un véritable microcosme qui avale et ressent par les mains “en rêve même la nuit”. Et chaque jour, “comme il n’y a pas d’équilibre entre la tête et les mains, il me faut en plus centraliser ma divagation par des exercices mentaux.” D’ici quelques jours, voire quelques heures, cette première phase du projet sera terminée. Viendront ensuite la consignation rigoureuse de tous les détails de la réalisation, déjà commencée sous diverses formes complémentaires (écrits, photos, vidéos, blog, dessins graphiques) et les expositions de fin de projet pendant un à deux ans (la sculpture monumentale bien sûr, mais aussi le siège “retravaillé”, les peintures,

les dessins…).

 

Étant donné qu’il s’agit de mon dernier grand projet dans l’Hérault et qu’il concerne directement le département, j’aimerais exposer à Montpellier dans une grande et belle salle pour pouvoir suspendre ces 31 rangées de quatre cônes empilés, explique Anne. Mais ma volonté est aussi de l’amener et de l’exposer en Bourgogne, dans ma région.” Sa région d’origine, de coeur. “Ces odeurs, ces paysages magnifiques, cette herbe moelleuse sous le pied, cette beauté…”, qui lui manquent tant et qu’elle aime à retrouver dès que possible chez ses parents toujours installés à Chassy, lui ont imposé presque naturellement la couleur du fil de laine utilisé : le vert, sauf tous les 400 mètres où elle noue un fil rouge pour retrouver l’ancienne mesure occitane de l’Arpent. “Le vert est une couleur assez vaste, symbole de la chlorophylle, indispensable à la vie sur terre, mais aussi couleur de la Bourgogne.”

 

Pour la bonne cause

 

Pour réaliser cette oeuvre, l’artiste a pu compter sur le soutien de nombreux Saône-et-Loiriens, particuliers ou professionnels, parmi lesquels les filatures Plassard, installées à Varennes-sous-Dun, principal fournisseur de laine. Ceux qui ont contribué, en envoyant ne serait-ce qu’une boule de laine, ont d’ailleurs été cités sur son blog et seront associés à ce projet monumental, “qui je l’espère va créer un certain émoi”.

 

Delphine Cresson

photola renaisance.jpg

Dernière semaine (24) et dernier jour

1617 mètres hier pour cet avant-dernier jour, aujourd'hui je vais faire les derniers 1600 mètres de cette sculpture, je suis vraiment contente parce qu'il fait un froid de canard au grenier et que je suis à bout de forces.

photos :

le 25-11 1611 m 128,521kms.jpg
6k- 128,8.jpg
le 25-11 cône 96 suite.jpg
et demaine, DEMAIN, D E M A I N je terminerai !!!!!!!!!!!!!!!!!!
quel mot terrible et doux............

24/11/2008

Cross naissance du blog

JE REALISE UNE CHAINETTE DE CROCHET DE LAINE VERTE QUI MESURERA 130 KILOMETRES

Mon nom est Anne Vanier-drüssel, originaire de Saône-et-Loire, je vis et travaille dans l'Hérault depuis 10 ans.

Après avoir, durant 2 années, réécrit sur toile mes carnets de notes de travail de 2001 à 2003;

après de longues séries de gravure où l'interrogation et la recherche ont primés sur la rentabilité immédiate des plaques de cuivre (je pense à la série "Lemots" où je me suis demandé, sur 7 plaques et en 62 états d'eau-forte, combien de traits étaient présents dans une gravure de Rembrandt);

après la découverte de ma capacité à m'amuser avec la profondeur de l'espace en créant les premiers livres d'artiste muraux absolument imprimés à l'encre blanche;

après l'apprentissage de la création complète d'un blog, tel le premier, celui des éditions L'INDICE PENSABLE   005d7acf6a907e8bdeab1b2a251bf2cf.jpgqui met en scène des livres énormes, imprimés à 4 exemplaires et pour lesquels j'ai découvert les affres de l'édition !;

puis après avoir mis en ligne celui qui est à vaniteusement à mon nom, Anne Vanier-drüssel    0740e9eb7921e0c8c9610c853958fd13.jpg  et que je consacre à tous mes travaux;

voici dans ce 3ème blog, ma façon à moi de terminer ce cycle de 7 ans. Ma façon de mesurer le temps, et le passage dans l'espace qui va s'achever avec le projet:     65d557cb1c0d16b2549a9f7b853ccc9b.jpg

Ce projet a débuté en esprit en février 2008, en réalité palpable le 15 Juin 2008 et s'est terminé le 26 Novembre !

Ce troisième blog sert de présentation publique et de lien utile pour les partenaires et tous ceux qui, curieux de voir comment mener à bien une telle folie, viendront faire des clics !. Le blog est bien référencé et trouve des extensions vers "You Tube" et "Daily Motion" où une chaîne est consacrée au projet.

Pour trouver un kilométrage, une semaine précise vous trouverez tout dans "TOUTES LES ARCHIVES". J'ai failli remettre les notes dans l'ordre, en partant du début, mais cela risquait de compliquer les choses. Bonne visite !

<....CROSS....>, en Anglais, traverser.

La crosse:

 

66fed290320971bb58647717eaae7d06.jpg

symbole de St Benoît d'Aniane, le village où je vis et travaille depuis 8 ans.

 

 

Le cross country: course sur des reliefs accidentés que nous pratiquions dans l'internat où je vivais, en parallèle des cours d'athlétisme et de gymnastique .

CROSS, c'est un mot qui signifie dans ma vie la recherche solitaire, ce que je réalise quotidiennement et qui me semble si infime à la nuit tombée, alors qu'au bout du compte, jour après jour, c'est gigantesque et soudé.

CROSS, c'est le principe de durée, d'endurance, c'est le symbole de la vie d'artiste, humblement, sauvagement, minusculgigantesquement mise en exergue par ce projet!

f213e18f9f1aa98b0a1683290138c458.jpg

les liens des partenaires sponsors sont dans la colonne de gauche: dotations matérielles et aides financières.

Je suis toujours à la recherche d'autres partenaires financiers, le projet qui est un record sera médiatisé (livre Guinness) et une oeuvre 3D monumentale naîtra de ces 130 kms de chaînette verte, les partenaires apparaîssent donc à chaque dossier de presse que je réalise.

Le record sera homologué par le livre des records (le dernier record pour ce type d'ouvrage date de 1986 et la chaînette finale ne mesurait que 62,5 kms !).

CROSS, selon mes calculs, est une sculpture qui mesurera entre 2 à 4 m2 .

C'est une métaphore sur l'arpent Occitan. Tous les 400 mètres je fais un noeud rouge sur la chaînette (324 au total sur les 130 kms), signifiant ainsi la rythmie Occitane.

A LA FIN DU PROJET UNE VENTE AUX ENCHERES SERA ORGANISEE, <CROSS> SERA EXPOSEE ET VENDUE, ET LA MOITIE DE LA SOMME RECOLTEE IRA A ENFANCE ET PARTAGE.

C'est également une allégorie du passage -cher à Balthus-, une allégorie du temps et de l'espace qui aujourd'hui s'est réduit grâce aux moyens de locomotion, c'est un projet archétypal partant du minuscule pour parvenir à l'immense.

C'est un prétexte à une incursion dans le monde des Arts Populaires, et dans l'imagerie des "monstres" de foires présents dans le livre des records. En référence à Franju, à Tod Browning, ou à Lynch et Bunuel, tout autant qu'à Charles Perrault et Ovide.

C'est en tout un an de ma vie donc, plus de 600 mètres par jour, presque 40 semaines de travail, environ 5 kms par semaine à parcourir à mains nues, sans bouger, voici un projet écologique !

Je n'ai pas obtenu de bourse et n'ai pas d'aide financière importante , je dois donc trouver des moyens simples et à portée de tous pour terminer CROSS:

Vous voulez acquérir une part de ce projet fou ?, participer ? Je vous invite à consulter la note SSORC-SCRIPTION  ou à m'envoyer de la laine verte épaisse.

f4c0f940c19d89ad99df697dd0414a71.jpg
e506dfc0cecfecbd7a335c9c2e27812f.jpg

Dernière semaine, 24- 1er jour

1611 mètres hier, je ne faiblirai pas !

le 24-11 1611m.jpg
6g- 127,2 kms.jpg
126,904 kms
cône 95 terminé
le 24-11 cône 95 fin.jpg
le 24-11 cône 96 début.jpg
 le dernier cône, commencé ce matin.

23/11/2008

Semaine 23- art de presse.

article 20-11-08 ML (2) photo.jpg

 

Photo Bruno CAMPELS

La sculpture d'Anne Vanier-drüssel sera inscrite au livre des records avant d'être vendue en partie au profit d'une association.

Une oeuvre, un record, un don. L'artiste Anne Vanier-drüssel, qui vit à Aniane, fait d'une pierre trois coups. <...Cross...>, nom de son oeuvre en cours de création, bouscule l'univers artistique.
Son installation contemporaine est formée de 110 cônes autour desquels est enroulée une chaîne de crochet de couleur verte. Avec 130 km, c'est la plus longue du monde. Et comme l'artiste ne fait décidément rien comme les autres, elle a décidé de reverser la moitié des recettes de la vente à Enfance et partage. Une association de lutte contre la maltraitance qui lui tient à coeur.

« Qui aide un enfant maltraité, aide la société de demain. On peut dire aux parents qu'ils peuvent être soutenus. La maltraitance est une chaîne sans fin. » L'idée de Cross lui est apparue en rêve : « J'ai vu la Terre avec un fil autour. » Après s'être demandée ce qu'elle pouvait réaliser en un an - « Il faudrait 300 ans pour tisser un fil de 30 000 km » -, elle a opté pour une chaîne de crochet de 130 km. Une distance symbolique puisqu'elle correspond à la traversée de l'Hérault d'est en ouest. Le crochet, qu'elle a appris avec une mamie, s'est imposé à elle. « Il a une image vieillotte alors qu'il peut être rock'n roll. » Anne Vanier drüssel a rencontré Mickaël Delafosse, l'adjoint à la culture de Montpellier, qui lui a donné son accord pour exposer Cross en 2009 au carré Sainte-Anne. L'ultime récompense d'un travail de longue haleine. Chaque jour, depuis le 15 juin, Anne mesure, crochète, embobine et photographie l'avancement de son travail. Elle "parcourt" ainsi un kilomètre par jour avec une trentaine de pelotes. La laine lui a été offerte par 26 professionnels français et étrangers. Il en est même une certifiée bio qui vient de Colombie. C'est celle qui lui sert à marquer, chaque 400 mètres, les arpents. « Une unité de distance inventée en Occitanie », précise-t-elle, friande de symboles. Anne remplit aussi chaque jour un cahier et alimente son blog. Ils serviront de preuves pour le livre des records. Une façon pour elle de médiatiser son oeuvre et de lui donner de la valeur. « Si je gagne des sous, j'aimerais que ça serve à d'autres. C'est ce qui me motive. J'invite tout le monde à battre un record. On se prend au jeu. » Le noeud final est prévu dans deux semaines. Anne Vanier-drüssel s'attellera ensuite à la réalisation d'une cinquantaine d'oeuvres graphiques qui habilleront son installation. L'aventure de Cross ne fait que commencer.

 

Cathy SOUN

 

Semaine 23- 7ème jour

avec 1654 mètres hier, je bats tous les records, et suis à la limite de ce que je peux faire en une journée. J'ai gratté 1 heure encore, je pense pouvoir tenir jusqu'à mercredi comme cela, on verra...

le 23-11 1654m.jpg
6c- 125,6.jpg
le 23-11 cône 95 suite.jpg
that's all folks...plus le petit pas de danse avec canne et chapeau après ...

22/11/2008

les villes et les villages survolés par Cross 130

 
76f93f5e806a4b8b21fa925e475b029d.jpg

 

Les 10 Villages et villes traversés durant <....CROSS....> sont:

départ le 15 Juin de Félines - Minervois (390 habitants),

24,5 kms plus tard, Assignan (168 habitants), où je serai aux environs du 02 Août,

11,6 kms après, c'est à Cazedarnes (397 habitants) que je passerai vers le 12 Août,

puis 16,5 kms plus loin se trouve Magalas (1.824 habitants), vers le 04 Septembre,

Pouzolles (781 habitants) à 2,2 kms sera atteinte autour du 07 Septembre,

Margon (244 habitants) située 8,6 kms après, normalement j'y passerai vers le 11 Septembre,

autour du 20 Octobre je passerai à Pignan (5.760 habitants) , qui est à 42,7 kms, enfin Montpellier (225.511 habitants), située à 8,2 kms de là, me "verra" traverser la ville le week-end du 08 Novembre (voir note pour le WE du 15, évènement sur Aniane avec Philovélo).

St Aunès (2.830 habitants), à 7,8 kms, donc vers le 19 Novembre, et je dois être le 28 Novembre à Lunel, qui se situe 10,1 kms après.

 
d8f408cd9054edb71982b5618b0b6096.jpg

Le Sens de ce projet

8e85071634d5730492be75f9d7106939.jpg<....CROSS....> c'est éprouver des sensations fortes et inédites durant une période déterminée et voulue; c'est ressentir le passage du temps, et la vanité de toute action rentable.

Mort et vie de chaque geste,

respiration solitaire, isolée,

enfermement immobile et inconfort moral fébrile,

tout le monde s'en fiche d'un projet aussi peu effrayant, voilà ma pensée régulièrement....

Seule issue, aller au bout, montrer qu'il a un sens, qu'à la fin, par ce qu'il aura généré, produit : une masse d'oeuvres graphiques imposante, son énergie sera alors visible, palpable, et il s'inscrira comme un rendez-vous avec moi important, infailliblement obligatoire.

Un projet n'est que cela, rendez-vous avec soi, vers les autres, en une poussée ultime, c'est de l'ordre du jet, du rejet.

f1a714582e951ed28cba6e1a5e418855.jpg

Et je pense à Enfance et Partage, au sens profond de cette chaîne verte qui me fait relier des êtres, des routes, des animaux, des insectes, des terres, des eaux, des airs, des pierres inconnues, et ce à leur total insu, vers un but que j'ignore, et qui au fond m'indiffère ... si cela ce n'est pas le sens de l'Art, son mystère, son attrait lumineux alors qu'on me coupe les mains, qu'on m'achève immédiatement.

TEXTE 3- de Thècle Orsmundi

 

le 08-07 cône 5 très près rouge.jpg

Les yeux s’entre’ ouvrent, le songe s’éloigne. Elle revient de la nuée opaque. Elle sort de là-bas, s’étire, elle fait l’araignée, va chercher les quatre coins du lit avec ses mains, ses pieds, elle sourit et s’étonne de n’être pas bout de bois, ou bout de ficelle, elle est donc bien chair, à nouveau.

Nouveau matin.

Contente, surprise, voire étonnée de cet elle-même encore là, elle se lève en silence. Personne autour.

Sept heures. L’oreiller tout chaud, qu’elle pose tel un pain mou sur la rembarde du balcon, les draps qu’elle pousse pour laisser baîller le lit avant que de le refermer pour le soir.

Le silence de la ruelle à cette heure-là, la lenteur du temps qui va s’affermir peu à peu.

Petit-déjeuner. Laisser venir le jour, laisser monter la soif d’être dans ce jour ni bois, ni ficelle.

Pas de présence à qui conter le rêve-film qui se déroule encore sur le mur d’en face, pas de son de voix pour enrayer le mouvement diffus. Comme toujours les gestes boucles, qui font et refont, avec sagesse et attention, dans le seul son de ses gestes.

Pas d’homme dans sa couche, pas d’enfant dans les étages, depuis toujours. Un nouveau jour tout entier à transformer la pelote en plat ouvrage, juste dix heures pour accomplir la suite. Sans cesse reprendre la suite et l’allonger, l’allonger pour lui donner une forme précise, qui sera peut-être rond ou bien carré, elle ne sait pas, c’est ce qui l’amuse.

Elle étend le linge, nettoie bol et cuillère, s’habille. Douces pensées que celles qui rejouent la même scène.

Du facteur, en avance ce matin, vient une lettre papier.

L’état donne nouvelles de la tutelle qui désoblige à vivre.

Douce, douce journée, qui donne la main à celle d’hier, d’avant-hier, d’avant avant-hier aussi. La pelote déroule, les jambes parallèles, le cerveau qui survole et l’heure de déjeuner, déjà.

La télévision apporte un mouvement qui n’est que la vie des autres, elle vibre à certaines images, le cou, souple, suit une onde rouge ou jaune qui provient de l’écran. Elle crochète au bruit du monde, là-bas, aussi lointain que ce qu’elle voit quand elle dort.

Des publicités s’agitent, trépignent, longues, longues ces réclames de ce dont elle n’a pas besoin : chewing-gum qui fait se lever les soleil, yaourts guérisseurs,  jouets humains,  humains gâteaux,  gâteaux voitures moitié biscuit-moitié chocolat,  animaux banques,  lessives ogres , sucreries sans fin, encore sucreries, téléphones qui voient, voitures qui pensent…. Elle sourit à tout ce bruit. Elle sourit et poursuit. Son ouvrage a un sens, puisqu’elle le vit au rythme des autres, au rythme du monde qui est de l’autre côté.

La pluie s’installe à son oreille, il faut enlever le linge, non, après tout il sèchera demain, qu’importe le temps qu’il faudra, il sèchera bien un jour. Demain elle sera encore là, en même temps que le reste.

Son ventre plein, elle regarde l’écran où des gens s’embrassent, se frappent, rient, meurent, bougent dans des sentiments qui ne la gênent pas, qu’elle ne reconnaît pas. Elle ne voit pas très bien pourquoi ils font tout cela. Elle les trouve bien agités, et toutes leurs mains qui prennent et puis s’évident aussi vite, tous ces corps qui marchent, courent, repartent, rient, la regardent. Elle regarde ses jambes à elle qui jamais ne se sont ouvertes à l’homme ou à l’enfant. 

Elle entend l’écran : deux jeunes hommes y vivent un instant, elle entend des mots inconnus : «  test, …maladie, passera pas  » , elle pense à ces mots en crochetant. Elle s’arrête, suspend son geste . Tout de même, qu’est-ce que c’est que ça ?. Est-ce quelque chose qu’elle a ?.

Elle se lève, enfile sa veste de drap, va à la mairie et interroge. Là, on lui dit d’aller à la pharmacie. Elle y va. A la pharmacie, on lui donne une adresse, elle y va.

A l’adresse donnée, une dame agitée lui pose des questions, elle y répond. La dame toute maigrichonne la regarde bizarrement et avec un haussement d’épaule et de sourcil simultané lui montre de la main une pièce où il n’y a qu’un fauteuil, un lavabo, et une table; elle observe les objets.

Elle s’asseoit.

La dame revient en gesticulant, lui relève la manche rapidement, avec un élastique, elle lui serre le haut du bras, lui tapote fermement la pliure, puis enfonce une aiguille dans la peau.

Cela fait un peu mal, elle grimace lorsque l’aiguille entre, puis elle est bouche béée, c’est tellement beau, ce rouge qu’elle a, là, et qui si bien reste en elle sans se défiler…sa mère, lorsqu’enfant elle s’était coupée un bout de doigt, lui avait appris des mots, qu’elle chantait en berçeuse parfois, ces mots lui reviennent alors qu’arrondit dans ce siège aux accoudoirs rembourrés, elle a le regard fixé sur un poster qui représente des tournesols ébourriffés et la longue aiguille, toute raide dans son bras, la tient… elle entend, loin du rythme ignoré qui lui pompait son sang et remplit une éprouvette :

« …Le bouillon de mon sang dans lequel je patauge

Est mon chantre, ma laine, mes femmes.

Il est sans croûte. Il s’enchante, il s’épand.

Il m’emplit de vitres, de granits, de tessons.

Il me déchire. Je vis dans les éclats.

Dans la toux, dans l’atroce, dans la transe

Il construit mes châteaux,

Dans des toiles, dans des trames, dans des tâches

Il les illumine. »

Lorsque sa mère lui chantait cette complainte, elle finissait toujours par dire, comme une enfant de primaire :« Henri Michaux, Plume »... Elle le connaît bien son sang, elle le voit tous les mois qui vient du bas d’elle, elle s’en occupe alors très bien et parfois même, elle touche la source de l’écoulement. Elle a toujours un peu peur que le sang ne s’arrête pas de couler et elle se voit parfois toute vide, comme un ballon dégonflé, elle se voit étalée sur sa chaise, comme son gilet lorsqu’elle le fait sécher à plat, tout sans rien, tout laissé sans le sang et la viande d’elle, à l’intérieur pour le tenir, ça la fait rire cette image.

Après elle retourne chez elle, et ne se demande pas ce qui se passera.

Quelques jours plus tard,  on l’appelle, on lui dit qu’elle «  l’a  ». Elle sourit. Elle a quelque chose qu’elle ne savait pas, quelle joie !.

On lui dit qu’elle doit revenir chercher ses résultats. Là-bas la dame dit à un monsieur de venir, le monsieur, très bougon, s’énerve devant son sourire, il lui dit que c’est grave, que c’est très sérieux, qu’elle doit absolument aller chez le docteur, que cela ne se guérit pas. Elle, elle ne comprend pas, elle n’a rien fait pour ça. On se tait devant son sourire, on lui rit au nez d’un air sournois. Elle s’attriste, se demande pourquoi.

Le docteur la voit, l’interroge et lui non plus ne comprend pas. Elle n’a jamais été opérée, n’a jamais eu d’homme dans son lit, elle n’a même  jamais été embrassée et encore moins touchée et pourtant, elle l’a.

« Mais enfin- dit le médecin contrarié – pourquoi êtes-vous venue faire ce test ? ».

« je regardais la télévision – répondit-elle – j’ai vu une publicité avec deux garçons qui disaient ce mot là : virus, j’ai trouvé ça bizarre comme mot et puis je me suis demandé si je pouvais avoir cette chose-là et où ça s’achète ?».

Le médecin lui prend les mains et en penchant la tête sur le côté – et là, elle sourit, il ressemble au chat de la voisine lorsqu’au matin il revient de ses combats nocturnes en lèchant ses plaies, et qu’il la regarde poser son oreiller, avec ces même yeux tristes et sa tête pareillement penchée - il dit : « vous l’avez en tout cas ».

 

Bien vite certains scientifiques s’emparent de ce cas et très sérieusement avancent une thèse : la publicité aurait-elle -  à cause de  son exploitation anarchique - développé une forme d’intelligence et d’énergie capable de générer, hors de l’écran, des connections virales compatibles avec l’être humain ?. Et si tel est le cas, pourquoi vers cette femme ?.

Le débat s’enfle et déborde vite les autorités de l’audiovisuel, les responsables du spot diffusé sont renvoyés, les syndicats s’en mêlent, certains hommes politiques - y voyant leur intérêt – rentrent dans les rouages de ce chaos et s’y enlisent. L’affaire se répand en Europe et traverse les océans, bientôt c’est presque la planète qui s’enflamme !.  

 

 

Depuis, on peut dire qu’elle est un cas, les docteurs la font voyager partout, certains qui habitent très loin doutent, ne le croient pas, viennent la voir, alors ils revérifient tout et tout le temps : l’hymen et le dossier médical, depuis sa naissance, l’enfance et la parenté, l’adolescence, ils cherchent partout. Elle, elle sourit, ces gens-là sont bizarres, qui s’agitent et débatent autour d’elle comme ça.

Elle, maintenant, elle se lève le matin dans des pays qu’elle ne connaît pas, avec dans son sang quelque chose qu’elle a, mais qu’elle ne sent pas et qui, paraît-il la tuera, ou peut-être pas. Même le Vatican en parle, toute l’église est en émoi, vous pensez, on a jamais vu ça.

Et puis un jour on lui d’aller à un endroit, que là-bas elle se reposera, qu’ elle crochètera en paix, sans tracas. Alors elle y va. Sur la plaque de l’entrée elle arrive à déchiffrer :

« Ici vit Sainte-Eulalie, atteinte du virus sans pour autant qu’on explique pourquoi ».

Depuis elle crochète sans tracas, en s’étonnant chaque jour de n’être ni ficelle, ni bois.

 

Thècle Orsmundi, pour Anne Vanier-drüssel.

Semaine 23- 6ème jour

1431 mètres hier, j'arrive à 123,639 kms. Je terminerai donc en semaine 24, vendredi matin je pense mesurer et enrouler les derniers mètres autour du cône 97 et s'en sera fini de ces 5 mois et demis non-stop.

Photos:

le 22-11 1431m.jpg
6Y- 124 kms.jpg
le 22-11 cône 95 suite 123,639kms.jpg
cône 95 suite...

21/11/2008

Semaine 23- 5ème jour

1546 mètres hier, quel sport !!, j'arrive à 122,208 kms ce matin, c'est absolument exaspérant nerveusement, parce que je sais parfaitement que j'arriverai à une limite, faire plus de 1550 m/j...c'est déjà mesurer pendant 3/4 d'heure et embobiner durant 1h, au-delà je crois que mon esprit va s'échapper de mon cerveau....parviendrai-je à faire 1600m/j ?, mystère, et dans le doute je ne suis pas du genre à m'abstenir...malheureusement.

le 21-11 1546m.jpg
6U- 122,4.jpg
le 21-11 cône 94 fin.jpg
fin, enfin du cône 94 et début du 95
le 21-11 cône 95 début.jpg

20/11/2008

Semaine 23- 4ème jour

1252 mètres hier, je préfère vous dire que je vais turbiner sec durant cette dernière semaine, c'est-à-dire que je vais essayer de faire plus de 1200 mètres tous les jours jusqu'à la fin, autant préciser que je n'aurai le temps pour rien d'autre que pour CROSS, puisque 1200 m/j cela implique 7 heures de crochet sans compter la mesure + mise en cône + mise en ligne.

120 kms.jpg
le 20-11 1252m.jpg
6Q- 120,8.jpg
St Aunès Lunel.jpg
le 20-11 cône 94 suite.jpg
 
à demain !

19/11/2008

Semaine 23- 3ème jour

906 mètres hier:

le 16-11 906m 119,410 kms.jpg
6N- 119,6.jpg
le 16-11 cône 93 fin.jpg
le 16-11 cône 94.jpg
Le fil est très fin, et les cônes se remplissent moins vite, à demain !

18/11/2008

Semaine 23- 2ème jour-art Midi-Libre

1127 mètres hier, et je suis à 118,504 kms.

Article du 17-11-08 photo et titre.jpg
Article du 17-11-08.jpg
voici a journée d'hier,
le 15-11 1127m.jpg
6L- 118,8 St Aunès.jpg
le 15-11 cône 93 suite.jpg

17/11/2008

Semaine 23- 1er jour

1093 mètres hier, avant-hier, avant-avant-hier, puisque j'ai travaillé un peu durant ces jours de préparatifs de la randonnée VTT, mais sans mesurer.

Des photos de la randonnée et de l'arrivée à Aniane seront bientôt dans le dossier, colonne de droite.

J'ai appris par un professeur d'Anglais que John Constable avait répertorié 25 nuances de vert, et que l'armée, par les moyens de l'informatique en avait créée 3 de plus. Reste que l'oeil d'un peintre paysagiste est meilleur que celui d'une machine, assez logique en fait puisque la machine vient de l'homme et que l'oeil vient de la nature, et que rien n'est plus fort que la Nature.

Je remercie ici tous ceux qui ont participé à cette belle et longue pédalade, sous un beau soleil bleu, ils étaient peu nombreux mais pleins d'entrain et la visite faite à l'atelier m'a permis de prendre du recul....et de faire un peu la fête. Je suis du coup, très, très fatiguée en ce lundi 17 Novembre, mais j'arrive dans les 2 dernières semaines, alors je peux me le permettre, je crois.

La phrase de Colette qui ne me revenait pas ce week-end était celle-ci: "LA REGLE GUERIT TOUT".

le 14-11 1093m.jpg
6I- 117,6.jpg
le 14-11 cône 93 suite.jpg
Suite du cône 93.

13/11/2008

Semaine 22- 4ème jour

586 mètres hier, le ralentissement s'amorçe et vous retrouverez le prochain compte-rendu "mesure+photos" Samedi matin.

le 13-11 586m.jpg
6F- 116,4.jpg
le 13-11 cône 93 début rangée 24.jpg
Je vous souhaite à tous une bonne journée, à Samedi donc !

12/11/2008

Semaine 22- 3ème jour

1050 mètres hier et j'ai passé les 115 kms !, le rythme se ralentira à partir de demain jusqu'à Dimanche, puisque la randonnée arrive Samedi et que j'ai quelques préparatifs en perspective.

le 12-11 1050m.jpg
6E- 116 kms.jpg
le 12-11 cône 92 fin rangée 23 fin 115,698.jpg
le dernier cône (92) de la 23ème rangée est terminé.
D'après mon estimation il devrait rester 2 rangées encore.

11/11/2008

Semaine 22- 2ème jour

933 mètres et j'arrive à 114,648 kms. Mon bras droit commence à ne plus rien vouloir savoir, et je vois avec une joie fébrile le bout de la course, plus longue que le Vendée globe !

le 11-11 933m.jpg
6B- 114,8.jpg
le 11-11 cône 92 suite.jpg
suite du cône 92, et je vous dis invariablement à demain ...